Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Le départ

20 Novembre 2014 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

J’avais appris ce poème à l’école et il m’est revenu (par bribes) en mémoire aujourd’hui. Je ne me souvenais plus qu’il était de Max Jacob, l’ami de Picasso et d’Apollinaire, « le poète mort pour la France » (mort au camp de Drancy). J’aime beaucoup, comme toutes les poésies apprises dans l’enfance et qui ont marqué le souvenir. Je vous le livre sans commentaire, avec émotion.

 

Le départ

Adieu l'étang et toutes mes colombes

Dans leur tour et qui mirent gentiment

Leur soyeux plumage au col blanc qui bombe,

Adieu l'étang.

 

Adieu maison et ses toitures bleues

Où tant d'amis, dans toutes les saisons,

Pour nous revoir avaient fait quelques lieues,

Adieu maison.

 

Adieu le linge à la haie en piquants
Près du clocher ! Oh ! Que de fois le peins-je
Que tu connais comme t’appartenant
Adieu le linge !

 

Adieu lambris ! Maintes portes vitrées.
Sur le parquet miroir si bien verni

Des barreaux blancs et des couleurs diaprées
Adieu lambris !

 

Adieu vergers, les caveaux et les planches

Et sur l'étang notre bateau voilier,

Notre servante avec sa coiffe blanche,

Adieu vergers.

 

Adieu aussi mon fleuve clair ovale,

Adieu montagne! Adieu arbres chéris!

C'est vous qui êtes ma capitale

Et non Paris.

(Max Jacob)

Caillebotte-rue de Paris tps de-pluie et Cortès (Edouard). Bd de la Madeleine. Paris 1900
Caillebotte-rue de Paris tps de-pluie et Cortès (Edouard). Bd de la Madeleine. Paris 1900

Caillebotte-rue de Paris tps de-pluie et Cortès (Edouard). Bd de la Madeleine. Paris 1900

Cette toile du vrai parisien Gustave Caillebotte rend bien l'atmosphère de grisaille et l'ambiance de Paris, on s'y croirait! (Oups, pardon aux Parisiens! Bon je me tais sinon je vais me faire des ennemis).Mais, c'est aussi un vrai impressionniste, et c'est dommage qu'il soit un peu tombé dans l'oubli. La notoriété de Renoir ou Manet lui ont fait de l'ombre : redonnons-lui la place qu'il mérite. Pour me faire pardonner je joins à son tableau de Paris sous la pluie, une toile d'Edouard Cortès de la capitale...après la pluie....

Pour changer un peu, je vais passer de la musique classique à la musique de film, car il y en a quelques-unes que j'adore. Je vais vous proposer de les deviner. Allez, écoutez, c'est magique... et ne trichez pas!

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Odile 21/11/2014 21:37

Oui, Eric, tous les jours on apprend ou réapprend quelque chose, et c'est très bien ainsi. Je suis très contente si je peux modestement contribuer à ce petit "plus" pour chacun. Je dois dire que faire cette rubrique me permet à moi aussi de redécouvrir ou découvrir plein de choses et je me régale.
Fernand, c'est Fernand Blanquet,(Barrême) le troisième larron de Verdon-Info qui était présent lui aussi à l'AG de l'Office et qui m'a "zoomée" sur le vif!

batistin 21/11/2014 14:17

Merci "Fernant" (!) pour ce poème ..
J'ai ai appris ou réappris le mot diapré, et, à propos de lambris et parquets, n'oublions pas "Les raboteurs de parquet" de Caillebote justement...
http://goo.gl/C966GB

Odile 21/11/2014 11:26

Cette musique de Gladiator, extrêmement triste, (comme le film) colle bien avec le poème de Max Jacob, bien que l’association soit très décalée...Comme quoi des assemblages peu logiques passent aussi très bien, finalement il n'y a que l'émotion qui compte!