Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile ; Espérance

4 Novembre 2014 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Nous n’avons pas l’habitude de rencontrer des sonnets de Corneille au cours de nos lectures mais un grand tragédien est par définition un grand poète, donc je voulais vous faire lire ces alexandrins quelque peu alambiqués, personnellement je crois qu’un tel style, parfait au demeurant, sied mieux au support habituel de la tragédie classique ; néanmoins ce poème ne manque pas d’intérêt et les deux derniers tercets sont nettement plus agréables et faciles à lire. Admirez la régularité des hémistiches, la césure tombe comme rythmée par un métronome : 6-6, 6-6, 6-6 et parfois même soulignée par la ponctuation! (« Ces charmes attirants, ces doux je ne sais quoi ». « Le mien le sent pour vous ; le vôtre en est capable »). Fabuleux de pouvoir écrire avec une telle perfection !

Espérance

D’un accueil si flatteur, et qui veut que j’espère,
Vous payez ma visite alors que je vous vois,
Que souvent à l’erreur j’abandonne ma foi,
Et crois seul avoir droit d’aspirer à vous plaire.

Mais si j’y trouve alors de quoi me satisfaire,
Ces charmes attirants, ces doux je ne sais quoi,
Sont des biens pour tout autre aussi bien que pour moi,
Et c’est dont un beau feu ne se contente guère.

D’une ardeur réciproque il veut d’autres témoins,
Un mutuel échange et de vœux et de soins,
Un transport de tendresse à nul autre semblable.

C’est là ce qui remplit un cœur fort amoureux :
Le mien le sent pour vous ; le vôtre en est capable.
Hélas ! Si vous vouliez, que je serais heureux !

Pierre Corneille, Poésies diverses

Pour accompagner Pierre Corneille, gentilhomme et dramaturge du XVIIème siècle, il me fallait une grande dame ; beaucoup d'hésitation car il existe tant de peintures de belles dames! Après avoir abandonné à regret Ingres, un peu trop "récent", je vous propose la "Duchesse d'Albe" du peintre espagnol Francisco de Goya, qui n'est pas son contemporain (XVIIIème), mais la fière allure de cette duchesse colle bien avec les valeurs "Grand siècle" du poète. Que diriez-vous du grand Mozart pour accompagner le GRAND Corneille et le GRAND Goya? Voici Don Giovanni, Don Juan.J'ai choisi cet extrait car il est filmé à la Scala de Milan: un bijou qu'il faut voir! (En plus on peut accéder à une loge, c'est...comment dire? Bluffant!

Goya (Francesco)- La duchesse d'Albe

Goya (Francesco)- La duchesse d'Albe

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Odile 05/11/2014 09:50

Il ne faut jamais passer sur l'abandon d'un "n" ou tout autre imperfection orthographique, même si je ne l'ai pas vue (surtout si je ne l'ai pas vue). Quant à Corneille, nous sommes tout à fait d'accord: c'est trop parfait, ça gêne un peu, j'ai la même impression......

Jean-Michel 04/11/2014 21:55

Les vers sont en effet réguliers, très réguliers, trop réguliers peut-être pour paraître bien honnêtes.
La beauté architecturale du propos en brise un peu la portée et on se dit que trop poudrer la pensée, tant la maquiller, cela veut dire qu'elle n'est pas si fortement ancrée chez celui qui l'émet.
C'est très bien écrit.
Passera-t-on sur l'abandon d'un "n" dans le commentaire ? :-)