Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Il n’y a pas d’amour heureux

16 Octobre 2014 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Encore une splendide chanson dont on doit les paroles à Aragon ; pas très gaie, d’accord, pas très optimiste non plus, je dirais même très dure (« meurtri », « flétri ») puisque pour l’auteur amour égale souffrance : essayez de relever les mots qui évoquent la douleur ou la tristesse, j’en trouve vingt et vous ?

« Et quand il croit ouvrir ses bras, son ombre est celle d’une croix » : j’adore ! C’est Aragon !

Il n’y a pas d’amour heureux

Rien n’est jamais acquis à l’homme Ni sa force
Ni sa faiblesse ni son cœur Et quand il croit
Ouvrir ses bras son ombre est celle d’une croix
Et quand il croit serrer son bonheur il le broie
Sa vie est un étrange et douloureux divorce
Il n’y a pas d’amour heureux

Sa vie Elle ressemble à ces soldats sans armes
Qu’on avait habillés pour un autre destin
A quoi peut leur servir de se lever matin
Eux qu’on retrouve au soir désœuvrés incertains
Dites ces mots Ma vie Et retenez vos larmes
Il n’y a pas d’amour heureux

Mon bel amour mon cher amour ma déchirure
Je te porte dans moi comme un oiseau blessé
Et ceux-là sans savoir nous regardent passer
Répétant après moi les mots que j’ai tressés
Et qui pour tes grands yeux tout aussitôt moururent
Il n’y a pas d’amour heureux

Le temps d’apprendre à vivre il est déjà trop tard
Que pleurent dans la nuit nos cœurs à l’unisson
Ce qu’il faut de malheur pour la moindre chanson
Ce qu’il faut de regrets pour payer un frisson
Ce qu’il faut de sanglots pour un air de guitare
Il n’y a pas d’amour heureux

Il n’y a pas d’amour qui ne soit à douleur
Il n’y a pas d’amour dont on ne soit meurtri
Il n’y a pas d’amour dont on ne soit flétri
Et pas plus que de toi l’amour de la patrie
Il n’y a pas d’amour qui ne vive de pleurs
Il n’y a pas d’amour heureux
Mais c’est notre amour à tous les deux

Louis Aragon, La Diane Française (1946)

 

Je vous l'ai dit souvent, l'abstrait n'est pas ma tasse de thé, le surréalisme, la période cubiste de Picasso non plus, mais je dois reconnaître que sa "Femme qui pleure" est l'image du désespoir!

On se demande même (et là, je vais me faire tuer par les inconditionnels!) comment on peut faire passer autant d'émotions dans un visage qui, à première vue, n'a rien d'humain à part le chapeau!Bon, je l'ai dit, ça y est, mais je vais me rattraper: j'ai bien dit "à première vue", car les dents, les mains, le rictus, l'expression des yeux, le mouchoir torturé, tout traduit la souffrance!Oui, elle est jaune et verte et elle a les yeux et le nez de travers, mais cette femme qui pleure est sublime. Elle ne pleure pas d'amour mais elle pleure de mort, cette toile date de Guernica et elle parle de guerre. Quant à la "Pathétique" de Beethoven, bah, ce n'est même pas la peine d'essayer d'en parler, il n'y a pas de mot pour décrire ce degré de perfection, on en pleurerait!"

Picasso (Pablo)-Femme qui pleure

Picasso (Pablo)-Femme qui pleure

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Odile 16/10/2014 18:50

C'est certain, sa peinture touche car c'était un sensuel qui s'exprimait avec ses mains, son corps, son visage buriné, je dirais même son côté un peu "bête de sexe" comme peut le laisser supposer son animal fétiche le taureau... Toutes ses peintures érotiques où justement apparaît très souvent le taureau (elles ont été réunies et exposées à Paris il y a qqs années) sont parmi les plus belles...Je n'aime pas toutes ses toiles, par goût personnel, mais je l'admire beaucoup.

Jean-Michel 16/10/2014 17:40

Il est exact que Picasso, on aime ou on n'aime pas mais toujours il nous remue. Il y a là-dedans "quelque chose".
Ses tableaux donnent l'impression d'avoir toujours été exécutés dans l'urgence, et on croit que le peintre a vite,vite, décidé de tracer ses sentiments et ses impressions comme ils venaient, comme ils lui apparaissaient, vite, vite, avant qu'ils ne disparaissent.
C'est de plus un peintre moderne qui n'a jamais fui les objectifs, alors on sait comment il travaillait, comme à l'usine avec un rendement stakhanoviste, et souvent torse nu comme s'il était dans un haut-fourneau.