Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La Page poésie d'Odile : Un fleuve nous habite

27 Septembre 2014 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

 

 

Ce qui est agréable avec Andrée Chédid (comme je vous l’avais signalé : mère de Louis et grand-mère de Mathieu), c’est que chacun peut interpréter ses poèmes à sa façon. C’est bien pratique la poésie surréaliste, l’art abstrait, le nouveau roman, la musique contemporaine, bref tout l’art dit « moderne », on peut lui faire dire tout ce qu’on veut. Testons : que représente pour vous le fleuve dans ce poème qui n’est pas le plus hermétique, loin de là. Je propose que vous me donniez votre propre interprétation. Pas facile, moi j’hésite.

 

Un fleuve nous habite
 

Terré sous notre peau
Un fleuve nous habite

Se meut parmi nos membres
Monte jusqu'à nos lèvres

Plus vif parfois

Que nos corps qui l'abritent

Combien d'heures éteintes
Faudra-t-il traverser?

De plaines mises à feu
De puits insondables?

Dissoudre combien d'ombres
Desserrer becs et griffes?

Pour pénétrer cette eau
Dans la quiétude sans lampe

Et s'immerger
Longuement.

 

Andrée Chedid

Cezanne (Paul). Paysage au bord de l'Oise

Cezanne (Paul). Paysage au bord de l'Oise

Bon, l'Oise n'est pas un fleuve c'est une rivière, mais c'est "du pareil au même"; cette peinture de Césanne évoque un long fleuve tranquille, moins tourmenté que celui du poème d'Andrée Chédid. Peu importe, les reflets sur l'eau sont magnifiques! Le peintre était loin de sa Provence natale, mais ses couleurs chaudes l'accompagnent. Je vous propose un prélude de Chopin intitulé "La goutte d'eau". Ecoutez les gouttes qui tombent sur l'eau de l'Oise...et rêvez...

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Odile 28/09/2014 21:25

Le destin? Pas mal non plus. Mais est-ce que le destin nous habite? Il est extérieur à nous bien que chacun en soit l'acteur. Désolée Jean-Michel, mais je crois que je resterai d'accord avec Eric pour l'âme. Mais c'est le but de la poésie de se laisser interpréter suivant la sensibilité de chacun. Merci pour vos commentaires en tout cas.
Désolée aussi pour l'erreur concernant Cézanne, mais c'est une énigme pour moi ces fautes d'inattention, d'autant que je l'ai bien orthographié plus haut.

Jean-Michel 27/09/2014 11:45

Ce fleuve qu'il nous faut découvrir pour qu'il nous mène enfin à la mer, c'est peut-être notre destin, celui qui nous agrée, nous comble et nous fait accéder à la vie éternelle. Il faut savoir s'égarer parfois pour mieux en retrouver le chemin.
C'est la deuxième fois me semble-t-il que vous orthographiez Cézanne avec un "S". :-)

Odile 27/09/2014 10:10

Batistin, merci pour cette réponse rapide, c'était ma première idée aussi mais j'hésite encore.Et puis chacun le ressens avec ses tripes...

batistin 27/09/2014 09:46

Bonjour, en guise de fleuve, je propose "l'âme", en regard d'une des dernières phrases: "Dans la quiétude sans lampe"