Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Malgré tout

16 Septembre 2014 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

 

Ce poème qui allie douceur et violence ne peut laisser indifférent…Le contraste est saisissant : un premier quatrain bucolique, un deuxième romantique, et puis, après un début de strophe encore gentiment poétique, (jusqu’à « servile » qui annonce déjà la couleur !) se déchaîne la violence de la passion, du désir…La triple répétition du « je veux » marque le désir implacable qui ne reculera devant rien, la double répétition d’ « absurde », d’ « enfin » et « toujours » marque la culpabilité, une culpabilité prévue mais qui s’assume dans le désespoir. Cette énorme antinomie entre le début et la fin du poème est soulignée par celle qui oppose les deux regards : « Le regard clair est le plus adoré » devient « Le regard absurde, absurde, infâme », quel talent pour rendre toutes ces émotions complexes en un sonnet ! 

Malgré tout

Je sens la bonne odeur des vaches dans le pré ;
Bétail, moissons, vraiment la richesse étincelle
Dans la plaine sans fin, sans fin, où de son aile
La pie a des tracés noirs sur le ciel doré.

Et puis, voici venir, belle toute à mon gré,
La fille qui ne sait rien de ce qu'on veut d'elle
Mais qui est la plus belle en la saison nouvelle
Et dont le regard clair est le plus adoré.

Malgré tous les travaux, odeurs vagues, serviles,
Loin de la mer, et loin des champs, et loin des villes
Je veux l'avoir, je veux, parmi ses cheveux lourds,

Oublier le regard absurde, absurde, infâme,
Enfin, enfin je veux me noyer dans toi, femme,
Et mourir criminel pour toujours, pour toujours !

Charles Cros

 

Poussin (Nicolas) - Nymphe surprise par les sartyres

Poussin (Nicolas) - Nymphe surprise par les sartyres

Ce tableau de Poussin rend bien l'idée du poème: le besoin charnel qui fait fi de toute morale ou compassion, mais la représentation de la violence est peu lisible: le satyre sourit (cyniquement, certes) la nymphe semble déjà soumise et ne se défend que bien mollement...Pour moi le poème est plus agressif dans son désir obsessionnel...

Pour accompagner cette association perturbante, j'ajoute le fameux "Ainsi parlait Zarathoustra" de Richard Strauss, désormais lié au film culte "2001 l'Odyssée de l'Espace", bien dérangeant aussi!

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Michel 16/09/2014 17:17

Charles Cros était un adepte des répétitions (Le Hareng Saur en est l'exemple le plus frappant et le plus connu). Un peu en avance sur son temps sans doute puisqu'il fallut attendre un siècle pour que Brigitte Bardot le chante de sa voix traînante (Sidonie).