Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : Ballade du dernier amour

21 Septembre 2014 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

Ce poème désabusé laisse un peu un goût amer, ce « j’ai oublié de vivre » (pardon Jean-Michel pour cette référence oiseuse) qui signifie : je n’ai jamais vécu pour moi mais pour les yeux d’un(e) autre, est un tantinet désespérante. Je pense qu’il ne faut jamais regretter d’aimer, ou d’avoir aimé. Ce n’est pas une perte de temps ni un oubli de soi, c’est au contraire se sublimer, se dépasser. Tellement de gens sont incapables du moindre sentiment qu’il ne faut surtout pas s’affliger d’en avoir trop ! L’auteur est un peu de mauvaise foi cependant : quand on voit comme il parle de la femme aimée (« odeur de tes cheveux », « éclair de ton sourire », « royal nonchaloir »), on se rend compte qu’il regrette moins sa liberté un temps perdue que sa bien-aimée, ça rassure !

Ballade du dernier amour

Amours heureux ou malheureux,
Lourds regrets, satiété pire,
Yeux noirs veloutés, clairs yeux bleus,
Aux regards qu'on ne peut pas dire,
Cheveux noyant le démêloir
Couleur d'or, d'ébène ou de cuivre,
J'ai voulu tout voir, tout avoir
Je me suis trop hâté de vivre.

Je suis las. Plus d'amour. Je veux
Vivre seul, pour moi seul d'écrire
Jusqu'à l'odeur de tes cheveux,
Jusqu'à l'éclair de ton sourire,
Dire ton royal nonchaloir,
T'évoquer entière en un livre
Pur et vrai comme ton miroir,
Je me suis trop hâté de vivre.

En tes bras j'espérais pouvoir
Attendre l'heure qui délivre ;
Tu m'as pris mon tour. Au revoir.
Je me suis trop hâté de vivre.

Charles Cros

 

Dali-Les montres molles

Dali-Les montres molles

Les voici enfin ces "Montres molles" que je ne vous avais pas encore proposées tant elles sont connues et tant j'ai déjà puisé dans les oeuvres de ce peintre que j'aime beaucoup. Mais pour illustrer le temps qui passe, le temps perdu, le temps qu'il nous reste, que trouver de mieux? Cette désillusion de Charles Cros devant le temps passé à aimer au lieu de vivre, est très bien rendue par ces montres déglinguées qui figent les heures dans une mélancolie poignante et dérangeante. Il a oublié (fait semblant d'oublier) un petit détail, aimer c'est sentir,ressentir,souffrir, rire, respirer, donc C'EST vivre. Je vous propose le fabuleux Carmina Burana (mieux connu sous le nom de "Ô Fortuna") de Carl Orff.

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Jean-Michel 21/09/2014 18:17

C'est bien beau tout cela, la déliquescence du temps qui ne fait que tacher provisoirement les souvenirs sans jamais les offusquer, mémoire et temps qui passe ne naviguant pas dans la même dimension.