Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
Actualites locales Moyen et Haut Verdon...

La page poésie d'Odile : COMPLAINTE DU PETIT CHEVAL BLANC

29 Août 2014 , Rédigé par verdon-info Publié dans #Image et poésie

 

Tout le monde connaît ce poème de Paul Fort mis en musique par Georges Brassens. J’ouvre cette page aujourd’hui en hommage à un de mes collègues et amis disparu subitement avant-hier à l’âge de 43 ans. Stéphane je te dédie ce poème de tout mon cœur, toi qui étais toujours devant et entraînais tout le monde, élèves et collègues, toi si gentil et si dévoué, tu ne méritais pas de mourir par un éclair blanc !

 

COMPLAINTE DU PETIT CHEVAL BLANC


Le petit cheval dans le mauvais temps,
qu'il avait donc du courage!
C'était un petit cheval blanc,
tous derrière et lui devant.

Il n'y avait jamais de beau temps
dans ce pauvre paysage.
Il n'y avait jamais de printemps,
ni derrière ni devant.

Mais toujours il était content,
menant les gars du village,
à travers la pluie noire des champs,
tous derrière et lui devant.

Sa voiture allait poursuivant
sa belle petite queue sauvage.
C'est alors qu'il était content,
eux derrière et lui devant.

Mais un jour, dans le mauvais temps,
un jour qu'il était si sage,
il est mort par un éclair blanc,
tous derrière et lui devant.

Il est mort sans voir le beau temps,
qu'il avait donc du courage !
il est mort sans voir le printemps
ni derrière ni devant.

Paul Fort

Delacroix (Eugène) cheval

Delacroix (Eugène) cheval

Ce tableau de Delacroix a orné ma chambre de jeune-fille pendant des années, il m'est revenu en mémoire aujourd'hui au moment de mettre en ligne le poème de Paul Fort, car il lui va comme un gant ce beau cheval blanc! Je le dédie à Stéphane, trop tôt disparu avant-hier, de façon fulgurante: "Stéphane si tu me vois, jette un oeil sur la page de demain, elle est pour toi! On ne t'oubliera pas!

L'espace Verdon info a été créé pour le partage d'informations sur les communes, associations... Sur certains billets, des photos , des vidéos, des audio et des textes sont mis en ligne pour plus de convivialité. Cependant si des personnes sont opposées à certaines publications, ou si certaines informations s'avèrent erronées, il suffira de m'en informer en le notifiant directement sur le billet avec le commentaire, ou par mail ; je ferais mon possible pour y remédier , merci de votre compréhension.

Associations , Organisateurs , penser à nous prévenir , nous inviter à l'avance , autrement il reste difficile de partager votre actualité. Pensez aussi à nous fournir vos informations par courriel.

Je vous souhaite bonne visite sur cet espace , le webmaster

Partager cet article

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

aminuto 06/09/2020 19:29

ses simple mdr

Odile 30/08/2014 09:24

Oui, j'ai aussi pensé à Stewball en postant ce poème, mais je n'aime pas cette chanson, trop "gangnan".
Cet "éclair blanc" ressemble en effet à un coup de feu...Mais qui saura?

Jean-Michel 30/08/2014 08:36

Il paraît évident que Pierre Delanoë avait en tête cette complainte quand il écrivit les paroles de Stewball, chanté par Hugues Aufray, paroles un peu plates, qui ne racontent pas grand chose, mais conformes au sensationnel dont le public est toujours friand. Je me suis notamment toujours demandé quel pouvait être le seul coup porté par un vétérinaire pouvant achever un cheval quand il possède tout un arsenal pour faire les choses en douceur. Le coup de merlin n'appartient qu'au boucher.
L'éclair blanc nous en apprend beaucoup plus, surtout lorsqu'il est introduit par la préposition "par", génératrice de bien des réflexions (il se pourrait bien que l'animal n'eût pas été bêtement foudroyé).